Facebook

Sur ces pages, vous trouverez toutes informations pour préparer votre venue : programme des rencontres, noms des auteurs présents, annonce des différents événements à venir.

N'oubliez pas de demander votre invitation gratuite : le SOB est gratuit pour toute personne qui s'y présente avec une invitation. Pour obtenir votre invitation, cliquez ici.

Nouveautés BD

Les éditeurs présents sur le SoBD y présenterons leurs nouveautés, dont les titres ci-dessous, classés par éditeurs.

Alain Beaulet Éditeur

Parisienne

Parisienne. Paris dessiné par une parisienne, Dominique Corbasson. Elle traduit dans ses dessins, par une touche fine et sensible, par sa gamme de couleur et son style très personnel, la vie des parisiens, l’architecture de la ville et sa poésie. Les peintures de Dominique Corbasson sont empreintes de charme, de fraîcheur, le tout sous une apparente naïveté.
Livre relié de 64 pages, imprimé en quadrichromie et d'un format de 180 x 250 mm, sous une couverture souple.

Le Choc du Futur

Le Choc du futur, de Mandryka, une nouvelle aventure du Concombre masqué.
Nous y retrouvons un Chourave , – partenaire du Concombre – ruiné par quelques petites et futiles malversations financières. Prêt à tout pour se renflouer il rentre en affaire avec la société Satan and Co.Cette célèbre société bancaire lui propose une affaire en or, l’affaire du siècle qui le remet à flot !
Pour profiter de l’arnaque du siècle investissez dans la dernière aventure du Concombre masqué. Vous ne serez que 1000 à avoir la recette de la fortune.
Le Choc du futur est édité dans la collection Les Petits carnets. Les Petits carnets, ce sont 41 titres au format 10,5 x 15 cm, dont les 24 pages sont imprimées en noirs et blancs. Chaque livre est numéroté, et le tirage est de 1000 exemplaires. Tout petit prix, à la portée de toutes les bourses.

Aux fins du monde

Portfolio composé de 40 planches dont 38 de dessins d’André Juillard, au format 160 x 210 mm, sous forme de pochette Sirio Color Pietrade. Étiquette en titre sur le premier plat, sur Rives vergé, comportant un dessin d'André Juillard. 300 exemplaires signés et numérotés par André Juillard.
 
Il est également proposé 6 estampes chacune signée et numérotée par l'artiste et tirées à 50 exemplaires. Format des planches 145 x 210 mm. Les planches sont imprimées sur Rives vergé de 320 g.

BD Jazz

Paris Corbasson

Nina Simone, dessinée par Yumiko Hioki. Nina Simone appartient au panthéon des voix exceptionnelles et demeure une immense artiste, inclassable. Sa maîtrise du piano et sa ferveur font de ses interprétations des œuvres originales et uniques qui croisent les univers du jazz, du classique et de la soul music. Le tourbillon de succès et de descentes aux enfers qui a caractérisé sa vie, ne peut trouver son explication qu’au regard des événements majeurs qu’elle a vécus. En premier lieu, une double bénédiction : un don exceptionnel et une formation rigoureuse de pianiste classique, puis trois épreuves douloureuses: le refus du Curtis Institute de Philadelphie de parfaire sa formation, le départ d’Andy son mari et manager et la souffrance du peuple noir dans l’Amérique des années soixantes. Ces éléments ont forgé une des vocalistes les plus douées de sa génération et la personnalité la plus controversée, qui aujourd’hui encore fascine des millions d’admirateurs.
1 bande dessinée et 2 CD musicaux.

Bossa Nova

L'aube à Copacabana, par Marcus Wagner - Second tome de l'Histoire de la Bossa-Nova.
1 bande dessinée et 2 CD musicaux.

Charles Dumont

Charles Dumont, par José Corréa. 1960, Édith Piaf sort de clinique, elle n’a pas chanté depuis un an, cette éclipse la ronge, elle veut retrouver son public. Il lui faut un répertoire pour revenir sur scène. Charles Dumont rend visite à Édith, avec Michel Vaucaire pour lui présenter Non je ne regrette rien. Charles a peu d’espoir. Pourtant, Édith écoute, demande de rejouer encore et encore. Oui, c’est ça, c’est la chanson qu’il lui faut. La chanson qui va bouleverser le monde, la chanson qui va marquer son retour, après ses ennuis de santé et une année d’absence. Charles Dumont lui donne un des plus grands succès de la chanson. Ils chanteront ensemble Les amants, en 1962, ensuite Charles atten- dra 1973 pour remonter sur scène et rencontrer le succès que l’on sait, pendant quarante ans. La France profonde, la France provinciale et la France parisienne se prennent d’amour pour les chansons d’amour de Charles. On avait oublié que l’épicentre de l’humanité s’appelait l’amour et qu’une chanson du même nom avait un public naturel.
1 bande dessinée et 2 CD musicaux.

Ça et là

L'été des Bagnold

L'été des Bagnold. Cet été-là avait très mal commencé pour Daniel Bagnold, un jeune anglais de 15 ans. Au lieu d’aller passer ses vacances en Floride avec son père qu’il ne voit jamais, Daniel se retrouve coincé pour tout l’été avec sa mère Sue  ; le cauchemar absolu pour cet ado peu habitué à passer des journées entières en tête à tête avec sa progénitrice. Les six semaines de congés vont s’écouler au rythme lent des parties de jeux vidéos, des discussions sans fin de Daniel avec son pote Kyle, et de ses tentatives de monter un groupe de Hard-Rock poétiquement nommé SkullSlayer (massacreur de crânes). Sue, 52 ans et bibliothécaire, est confrontée à la difficulté de communiquer avec son fils amorphe. Elle se remémore ses échecs successifs avec les hommes de sa vie  : son père, GI américain retourné aux États-Unis quand elle avait sept ans, son « presque  » petit ami du lycée mort dans un accident de mobylette, et son mari qui l’a quittée, la laissant seule avec leur fils encore bébé...
Joff Winterhart décompose L’été des Bagnold en une suite de saynètes douces amères, souvent hilarantes, mais parfois empreintes de mélancolie. Il dresse le portrait remarquablement juste d’un ado et d’une mère célibataire, à la fois proches et terriblement embarrassés dans leur rapports.
Né en 1974, Joff Winterhart est illustrateur, dessinateur d’animation et batteur dans son groupe, Bucky. Il a étudié le cinéma et le dessin animé à la Newport Arts School au sud du pays de Galles. En 2002, il a écrit et réalisé un court-métrage d’animation, « Violet and Turquoise  », sélectionné pour le Festival International d’Edinburgh et qui a remporté de nombreux prix dont un Bafta. « Days of the Bagnold Summer  », son premier livre, a été publié chez Jonathan Cape en 2012. Il vit à Bristol où il promène souvent son chien, Peep-Peep.
Titre original : Days of the Bagnold Summer (Angleterre)
Traduit de l’anglais par Hélène Duhamel, lettrage de Amandine Boucher

Sept Saisons

Dans son nouveau roman graphique, Ville Ranta dépeint l’âme des gens du Grand Nord, un travail déjà entamé dans L’exilé du Kalevala. Le récit de Sept Saisons se situe à Oulu, petite ville sur les rivages les plus septentrionaux de la mer Baltique au XIXème siècle, époque où la rigueur luthérienne du dogme du péché originel pèse sur la société. Alors que le mouvement piétiste gagne du terrain, les eaux calmes de la petite ville sont troublées par l’arrivée d’une jeune femme revendiquant son indépendance.
Maria Piponius est originaire d’Oulu où elle revient après trois années d’absence pendant lesquelles elle a parcouru le monde en bateau. Elle rencontre Hans Nyman, journaliste et enseignant qui espère obtenir le poste de pasteur d’Oulu. Hans a perdu sa femme un an auparavant et est tourmenté par ses pulsions, alors que les rapports sexuels lui sont interdits. Esprits libres, Hans et Maria se retrouvent plongés dans les affres de la société luthérienne imprégnée d’interdits et de peur.
Les aquarelles délicates de Ville Ranta mettent en valeur les différentes luminosités de ces saisons et contrastent avec la violence des sentiments de ces personnages historiques auxquels l’auteur invente une histoire intime romanesque.
Ville Ranta est né en 1978 à Oulu en Finlande. Après avoir entamé très jeune une « carrière » de dessinateur en auto-éditant ses premières bandes dessinées à l’âge de 13 ans, il entreprend des études littéraires à l’université d’Helsinki. En 2000, il crée une société d’édition indépendante, Asema, qui publiera notamment des ouvrages Kati Kovacs et Jyrki Heikkinen. Après avoir publié de nombreuses histoires courtes dans des anthologies finlandaises, il sort en 2003 son premier roman graphique, Sade (La Pluie), suivi de la publication en 2004 de Engelsmannit tulevat ! , en collaboration avec Mika Lietzen. En 2005, il collabore avec Lewis Trondheim pour la réalisation de l’album Celebritiz . Il a reçu le Grand Prix du festival de Kemi (Finlande) en 2006.
Ville Ranta est également auteur de pièces de théâtre et enseigne la bande dessiné. Il vit à Oulu avec sa famille.
Titre original : Kyllä eikä Ei (Finlande)
Traduit du finnois par Kirsi Kinnunen

Cornelius

Gus Bofa

Gus Bofa, l'enchanteur désenchanté. Une biographie d'Emmanuel Pollaud-Dulian. Né en 1883, mort en 1968, Gus Bofa a traversé deux siècles, vécu deux guerres mondiales et vu les débuts de l’automobile, de l’aviation et de la conquête spatiale. Revenu infirme de la Grande Guerre, il voue sa vie, non à la poursuite de la gloire et de la fortune, mais à la pratique de vices délicieux et antisociaux : le dessin, l’écriture et la lecture. Timide, il donne son amitié aux bêtes et contemple de ses yeux bleus d’enfance la faillite d’une humanité qui fuit la peur du néant, de désastres intimes en catastrophes bruyantes. Au fil de cinquante ans de carrière, et au gré de sa fantaisie, cet artiste autodidacte dessine pour la presse, réalise des affiches publicitaires, écrit des articles et des contes, des revues et des pièces de théâtre, se fait critique dramatique et littéraire, fonde un Salon artistique, et illustre plus d’une cinquantaine de livres. Après avoir mis en images le fantastique social de Pierre Mac Orlan et donné sa vision personnelle, parfois acide, des grands classiques, il associe ses propres textes et ses dessins dans une suite d’albums souvent introspectifs, toujours désillusionnés. Respecté de ses contemporains pour son talent et son intransigeance, Gus Bofa, qui a influencé nombre d’auteurs de bande dessinée, n’en est pas moins aujourd’hui oublié et du public et de la critique. Cette biographie, la première qui lui soit consacrée, tente de percer le mystère de l’homme et de l’artiste, en le mettant en scène dans sa vie, son métier et son époque.

Viva Patamach !

Viva Patamach !, de Jean-Louis Capron et Killoffer. La nature n’existe pas. Tel est le slogan de Roseville. Ce paradis rose et parfumé, d’où sont bannis les aliments naturels, vit en autarcie sous la férule de Rosemou, patron et patriote, inventeur de la pâte à mâcher multi-usages. La ville est assiégée par les Hygiénistes, une menace qui permet d’entretenir le délire obsidional de ses habitants. Comme toujours, l’ennemi de l’extérieur sert de prétexte pour mater celui de l’intérieur. La révolte viendra de l’enfant chéri du régime. Roger, inventeur du Patamach de joie, euphorisant, calorifique et reconstituant, découvre les effets secondaires de la pâte à mâcher, pourrissement des dents et taches roses sur la peau, et l’ignoble secret de sa fabrication. Tandis que les sucettes vertes remplacent les bonbons roses, le peuple acclame son nouveau maître. Mais si le pouvoir change de couleur, la corruption et l’arbitraire demeurent. Conte satirique dans la lignée de Jonathan Swift, George Orwell et Eugène Ionesco, la fable de Capron et Killoffer instruit en amusant. Joyeusement iconoclaste, elle passe à la moulinette la folie du pouvoir, l’irresponsabilité des scientifiques, la manipulation des masses et l’aliénation de l’individu. L’histoire galope de péripétie en rebondissement, dans la grande tradition du roman-feuilleton. Les auteurs brassent les genres et les références, tandis que, symbole incongru de la contagion du conformisme et de la soumission à l’autorité, le rose contamine le noir et blanc et envahit peu à peu l’image. L'édition présentée ici a été revue et modifiée par les auteurs, et profite d'une mise en couleurs en trichromie totalement inédite, qui permettra de redécouvrir ce Viva Patamach à sa juste valeur.

Trois Fils

Trois Fils, de Ludovic Debeurme. Un homme avait trois fils : le premier, Bird, avait les yeux noirs d’un oiseau, le second, Twombly, deux longues lances de bois en lieu de bras et le troisième, Horn, dissimulait sous sa capuche rouge un visage recouvert de poils. À la manière du Petit Poucet de Perrault ou de Hansel et Gretel des frères Grimm, le récit s’ouvre sur un abandon. Mais sur cette île déserte, c’est un homme âgé à la barbe blanche qui est abandonné, les mains menottées à une lourde pierre plongée dans la mer. Étrange abandon qui fait écho à celui, bien des années auparavant, des trois garçons condamnés à survivre de menus larcins dans un camp de réfugiés, attendant le retour du père, exilé, parti chercher du travail. Le jour, les jeunes malfrats pillent les réserves des plus riches, le soir, ils redeviennent des enfants pleurant sur leur mère restée au pays et sur leur père qui les a abandonnés. Un sentiment de malaise captivant naît de cette trilogie vertigineuse et puissamment originale, entièrement réalisée à la gouache, où l’on retrouve Ludovic Debeurme au sommet de son art.

Providence

Providence, de Huges Micol, regroupe une cinquantaine de planches, autour d’une certaine idée de l’Amérique - chaque planche ayant pour titre le nom d’une petite ville perdue au fin fond des États-Unis et dont le nom, par ce qu’il évoque ou simplement par sa sonorité, a su inspirer l’auteur. Conçue comme un exercice de style et débutée il y a plus de dix ans, cette série de dessins est faite de variations à partir d’un scénario très simple : un bandit, un policier, de la nourriture. Des saynètes - toujours composées en intérieur, dans le salon d’un appartement, un bar ou encore une chambre d’hôtel - qui donnent à voir une série de personnages parfois mafieux, parfois décadents, toujours hauts en couleurs. Symbole d’une Amérique moderne et métissée, on retrouve une boîte de pizza ou un flingue, émaillés ici et là, au fil des pages. Le dessin d’Hugues Micol - mélange d’aquarelle et de gouache - fait figure de palimpseste, les couches légères ou opaques se superposant au fil de la construction de ces scènes lumineuses. Page après page, ces scènes s’assemblent et prennent vie, les personnages s’animent sous nos yeux, nous bousculant et nous éclaboussant au passage.

Le Playboy
 

Le Playboy, de Chester Brown. Condamné à la traditionnelle messe dominicale, le jeune Chester ne peut détourner ses pensées du Playboy qu’il a entraperçu la veille au drugstore. Surmontant la peur et la honte, il finit par acquérir la sulfureuse revue dans l’après-midi. Nous sommes le 23 mai 1975, la vie de Chester Brown vient de basculer. Un rituel s’installe rapidement autour de la parution du magazine.

Francis est malade Francis est malade, de Jake et Claire. Une ode à la nature : Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, se promène dans la campagne. Les conséquences de cet acte inconsidéré sont toutes présentes dans ce livre instructif. Déjà un classique, l’animal est né dans les pages de l’obscure Sbrödj Review. Son destin, forcément farceur, a rencontré très tôt celui de la collection Delphine. Et bien lui en a pris. Dix ans plus tard, le succès est immédiat : les adeptes de Francis se sont multipliés comme des hamsters. Et les auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux…
Vie de Mizuki, tome 2

Vie de Mizuki, de Shigeru Mizuki. Le succès sans commune mesure de la bande dessinée au Japon, son ancrage dans la société, sa forme unique et ses thèmes de prédilection, s’expliquent une fois placés en regard de l’Ère Showa (1926-1989). Les biographies des pionniers du manga, de Vie de Mizuki de Shigeru Mizuki à Une vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi, témoignent autant de l’explosion d’un art populaire que de cette période parmi les plus complexes de l’histoire du Japon. La Vie de Mizuki rappelle qu’en un peu plus d’un siècle, cet archipel presque exclusivement constitué de villages de pêcheurs s’est mué en l’une des plus grandes puissances industrielles mondiales. Entretemps, un élan de modernité et de nationalisme a emporté ses hommes vers la guerre, avant de rapatrier les survivants sur une terre occupée, en perte d’identité, en marche d’industrialisation forcée, démunie de son armée et de son besoin de produire de l’énergie. Cette société qui n’aurait plus besoin de se défendre ni de se nourrir allait accoucher d’une forme d’expression naturellement enfantine, mais d’une richesse indéniable

De Varly Éditions

Les Mésaventures de Laurel et hardy
 

Les Mésaventures de Laurel et Hardy (premier tome), par Mat. Réédition complète de 61 pages au format souple.

Les Nouvelles aventures des Pieds Nickelés
 

Les Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, par Forton. Réédition complète des Pieds Nickelés identique à l'édition originale de 1929. Livre au format souple de 64 page.

La Saga du Capt'ain Swing
 

La Saga du Capt'ain Swing, de Jean-Luc Biville. Ce livre consacré au Capt'ain Swing vous présente les auteurs, des centaines d'illustrations avec plus de 700 couvertures parues en France, en Italie, en Grèce, en Turquie, en ex-Yougoslavie et en Norvège. Vous trouverez également le contexte historique et géographique du Capt'ain Swing, les résumés des histoires, des anecdotes, des curiosités, et parfois la censure qui ont jalonné ces quarante années passées depuis sa création en 1966. les plus nostalgiques retrouveront avec joie le héros de leur enfance. 2e édition avec complément de texte. 286 pages couleurs.

Les Archives de BD Trésor
 

Second tome des Archives de BD Trésor, comprenant un dossier sur Serge Gennaux par Christian Jasmes, un dossier sur le Tintin de Forton écrit par François Membre, une parole d'auteur de Sergio Salma, la censure de Lucky Luke par Georges Fernandes et des critiques de Olivier Jeulin.

Histoires de Pirates

L'Age d'or de la bande dessinée américaine, tome 1 : Histoires de Pirates. L'île au trésor, L'Aigle des mers ou Capitaine sans peur ont marqué notre jeunesse, et nos enfants ont grandi avec le capitaine Jack Sparrow et les pirates des Caraïbes... Ces histoires sont profondément ancrées en nous avec toutes les images qui les accompagnent... Drapeaux noirs aux tibias croisés, abordages, sabre au clair, au milieu de la mitraille et des cris, soleils couchants sur des criques perdues, barils de poudre, explosions dans la nuit, tavernes enfumées où les marins s'enivrent... Retrouvez les pirates et leurs sombres aventures, et laissez ces récits, tirés des bandes dessinées américaines des années cinquante, vous emporter sur les mers lointaines...

Editions du Canard

Canar et Pinpin

Canar et Pinpin. Parues dans le fanzine Halbran entre 2005 et 2007, à l'exception de l'avant-dernière, parue dans le livre Camouflage des Editions Castagniééé en 2008, les histoires courtes des deux piliers de bistro Canar, le lapin écrivain, et Pinpin, le canard footballeur, ont mis à l'honneur l'humour décalé et parfois désespéré de Roosevelt, qui signait ici d'un pseudonyme: Otto.
Cet album réunit toutes les pages consacrées à ces personnages réduits à un graphisme élémentaire et affublés d'une verve aussi fluide que tarabiscotée. Pour un footballeur, quelle est la limite raisonnable de shoots par partie ? Comment devenir l'auteur d'un classique du western sans devoir prendre la plume ? Comment Le Capital de Marx peut-il influencer une partie de foot ? Les cages adverses peuvent-elles devenir des entités non-différenciées ? Les hommes du futur pourront-ils distinguer Mozart de Lewis Carroll ? Faut-il être protégé par un copyright pour briller en société capitaliste ? Le Père Noël: mythe ou pourfendeur des droits de l'homme ? Ce sont quelques-uns des sujets abordés par Canar et Pinpin, avec une logique qui laisse perplexes même les spécialistes d'ergotage de taverne.
Cette compilation présente une mise en couleurs inédite, qui fournit une dimension de plus aux propos proférés dans le Bistrot Poulot, le plus renommé de Bulles-sur-Case.

Ici Même

Abaddon t2

A l’issue du premier volume d’Abaddon, son héros, Ter, était finalement parvenu à s’extraire de l’appartement où il semblait devoir pas ser le restant de ses jours. Pourtant, la dernière page laissait présager que cette sortie ne serait pas aussi simple qu’espérée. L’adieu à ses quatre colocataires en était-il vraiment un ? Sur quoi les cauchemars et visions de guerre terrifiants qui hantaient Ter vont-ils finalement déboucher ? Enfin, le mystérieux Abaddon trouvera-t-il explication rationnelle ? Dans ce second volume, Koren Shadmi continue de développer son univers intrigant et fascinant, avec une maîtrise de la narration toujours aussi remarquable. Comme pour le premier opus, impossible de lâcher celui-ci avant la fin, le lecteur est happé: autant par l’intrigue dérangeante, qui semble être le creuset de toutes les obsessions et sentiments humains engendrés par nos relations aux autres, conflictuelles, torturées, aliénantes, que par le graphisme, au découpage fluide et efficace, porté par les mêmes rouge et vert déconcertants. Si l’intrigue s’épaissit, une chose est certaine : avec Abaddon, Koren Shadmi aura réussi à imposer un style très personnel, et tiré de toutes les influences déjà évoquées à son sujet — de Kafka à Sartre en passant par Topor — une œuvre puissante et d’une originalité rare. koren shadmi est né en Israël, où il a travaillé comme illustrateur et auteur de bande dessinée, et publié sa première BD, à l’âge de 17 ans. Après avoir effectué son service militaire dans l’armée israélienne, il s’est installé à New York et a étudié l’illustration à la School of Visual Arts. Il vit et travaille actuellement à Brooklyn.

Capacity

Ce roman graphique du jeune américain Theo Ellsworth est pour le moins étonnant. Invité en un voyage surréaliste dans les méandres de l’esprit de l’auteur, le lecteur est embarqué ici dans un dédale de forêts, de villes et de cavernes extraordinaires, dans un univers onirique peuplé de monstres bienveillants qui ne sont pas sans rappeler les Maximonstres de Maurice Sendak. nous proposant d’effectuer ce voyage à la première personne, il propose une vision inédite de l’esprit du créateur, complexe, tortueux, fascinant, d’une richesse infinie. Comme dans un rêve, Ellsworth enchaîne les aventures—nos aventures—avec une chaleur et une sincérité qui séduisent immanquablement. Son sens du détail très poussé nous entraîne dans chaque page, dont chaque relecture propose de nouvelles découvertes. Si l’exploration de l’inconscient de l’artiste n’est pas un sujet neuf, on peut sans peine dire de Capacity que ce roman graphique s’y livre de manière visionnaire et, sans nul doute, est de ceux qui marquent profondément ses lecteurs.

Imho

Opus

Opus tome 2. Chikara Nagai est un mangaka qui peine à terminer sa série, Resonance, qui met en scène l’affrontement entre Satoko, une policière dotée de pouvoirs psychiques, et Le Masque, le gourou d’une secte. La veille de la remise des planches à l’imprimeur, alors que Chikara est sur le point d’achever ses dernières pages sur un autre de ses héros, le jeune Rin, son projet prend un tour inattendu lorsqu’il se retrouve aspiré dans son propre manga. Rin a compris que Chikara voulait le tuer, lui et le Masque, et décide de déjouer son destin. Mais son intervention risque de bouleverser le cours des choses... Avec Opus, le génie de l’animation nippone nous livre une œuvre étourdissante, à la fois philosophique et métaphorique, où un mangaka emporté dans un monde qu’il a créé, fait face à la détresse de ses personnages qui se rebellent contre leur destin. Satoshi Kon dépeint avec brio la fragilité d’un univers factice où les certitudes de chacun se fissurent aussi sûrement que les frontières entre le monde réel et celui du manga. Mise en abyme, course effrénée contre le temps, Opus ne laisse aucun répit à son lecteur ! Une œuvre définitivement envoûtante où l’issue n’est jamais inéluctable...
Brillant touche-à-tout, Satoshi Kon est mangaka mais aussi l’un des plus grands réalisateurs d’animation japonaise. Il étudie à la faculté des beaux-arts de Musashino et obtient avec les honneurs son diplôme de design audiovisuel. Son premier manga, Toriko, paraît en 1985 dans le Young Magazine et remporte le prix Chiba d’excellence pour débutants. Il réalisera par la suite la série d’animation Paranoïa Agent, prémisse de Paprika qui obtiendra une reconnaissance internationale. Satoshi Kon adopte un trait délicat et une approche graphique très réaliste au service d’une narration dont les thèmes de prédilection sont l’introspection de la psychologie humaine et la réalité subjective.

Heartful Company

La Heartful Company est un fabricant d’armes et incarne le Mal absolu dans une entreprise dépourvue de scrupules. À force d’imaginer des engins abominables, son PDG est victime d’une attaque. Le verdict est sans appel : son âme souffre d’un cancer, pour la sauver il doit compenser ses crimes par dix fois plus de bonnes actions. La tâche est laborieuse mais aidé par son équipe, les chercheurs créent un ours en peluche serviable amateur d’arts martiaux et mettent au point une couche révolutionnaire pour personnes âgées. Mais ces incroyables inventions vont rapidement se retourner contre eux et l’humanité entière … Heartful Company est un bijou d’humour noir, à la fois violent et régressif, où les auteurs prennent un plaisir manifeste à perturber leurs lecteurs par des visions absurdes et hallucinatoires. Avec Heartful Company, Pierre Taki et Man Gataro s’en donnent à cœur joie et nous livrent un manga délirant et chaotique au style inimitable !
Connu pour son travail au sein du cultissime groupe de techno Denki Groove, Pierre Taki est aussi acteur (au cinéma et à la télévision) et doubleur (il a notamment réalisé la version japonaise de Panique au village !) Depuis le début des années 1990, Man Gataro a signé une quinzaine de titres, mêlant one-shot, séries et nouvelles. Son manga Jigoku Kôshien a été adapté au cinéma en 2003. Son style graphique inimitable et « sale », le déroulement chaotique de ses histoires et le secret qui continue d’entourer sa personne, en font aujourd’hui un auteur culte du Japon.

Seraphim

Seraphim. L’humanité est touchée par une épidémie mondiale d’une étrange maladie, la maladie des anges. Les personnes infectées voient leurs omoplates se développer en ailes atrophiées. Ils sont plongés dans des rêves plaisants desquels ils ont de moins en moins envie d’émerger. Ils finissent par sombrer dans un état d’hébétude totale et leur corps s’atrophie de manière dramatique. Comme le virus du sida, il peut se passer plusieurs mois avant que la maladie ne se déclare chez une personne infectée. Le vecteur de la maladie et son origine sont inconnues, mais l’OMS soupçonne que celle-ci se trouve en Eurasie, qui est devenue le royaume des oiseaux. Elle y envoie 4 enquêteurs, les Rois Mages : Balthazar est un vieux chercheur, Melchior un baroudeur, Sera, une petite fille, et Gaspard, un chien.
Réalisateur de films et de dessins-animés, romancier, essayiste et scénariste, Mamoru Oshii est un artiste aux multiples talents. Découvert et plébiscité mondialement pour Ghost in the Shell, le cinéaste a bousculé les limites de l’animation vers des horizons jusqu’alors inexplorés. Il s’essaie avec brio à tous les genres, alternant les films légers (Assault Girls), les récits sombres et introspectifs (The Sky Crawlers) et les animes de science-fiction (Avalon, Patlabor). Produit d’une époque contestataire, sevré au cinéma de genre japonais et aux œuvres d’auteurs européens, féru de pop-culture et de philosophie, Mamoru Oshii est un touche-à-tout brillant. Brillant touche-à-tout, Satoshi Kon est mangaka mais aussi l’un des plus grands réalisateurs d’animation japonaise. Il étudie à la faculté des beaux-arts de Musashino et obtient avec les honneurs son diplôme de design audiovisuel. Son premier manga, Toriko, paraît en 1985 dans le Young Magazine et remporte le prix Chiba d’excellence pour débutants. Il réalisera par la suite la série d’animation Paranoïa Agent, prémisse de Paprika qui obtiendra une reconnaissance internationale. Satoshi Kon adopte un trait délicat et une approche graphique très réaliste au service d’une narration dont les thèmes de prédilection sont l’introspection de la psychologie humaine et la réalité subjective.

Mind Game

Nishi, un jeune dessinateur, n’a pas percé dans le manga. Il est amoureux depuis son plus jeune âge de la charmante Myon et souffre de la voir s’éloigner de lui. Alors qu’il la raccompagne à l’échoppe de yakitori familiale, deux étranges yakuzas font irruption. La situation s’envenime et la vie de Nishi semble soudain compromise lorsque l’un des yakuzas presse la détente. Mais ce serait sans compter sa détermination sans faille et sa force de caractère… Mind Game est un déluge de trouvailles narratives. Loin de tout académisme, cet ovni nous éblouit de ses facettes multicolores : manga picaresque et décalé, conte initiatique à la Jodorowsky, ou version sous acide d’un récit biblique, un mélange foutraque et jubilatoire.
Né à Osaka, le 15 décembre 1966, Robin Nishi fonde dans les années 1990 le collectif Tokyo Busters avec Katsuki Tanaka et Kenji Wakabayashi, et est prépublié dans le magazine Young Comic. Rapidement, il préfère s’éloigner des chemins traditionnels de l’édition mainstream et collabore à de nombreuses revues indépendantes parfois éphémères, dans lesquelles il publie ce qui deviendra par la suite Mind Game. Il travaille aujourd’hui en tant qu’illustrateur.

JYB Aventures

Mission Kimono t14
 

Missions Kimono, tome 14, L'île Tsiolkovski. La série Missions "Kimono", scénarisée par Jean-Yves Brouard et dessinée par Francis Nicole, raconte les aventures de pilotes de la 11e Flottille de chasse embarquée, basés à terre ou sur le porte-avions "Clemenceau" (pour les premiers épisodes) et "Charles De Gaulle" (à partir de l'album N°5).Aux commandes d'avions bombardiers et intercepteurs Super Étendard de l’Aéronautique navale française, les officiers Jacques-Yves Fleuret et Xavier Mittelberger, dit "Mittel", mènent des missions de service public aux quatre coins de la planète. "Kimono" est l’authentique indicatif radio de la 11 F, qui sonne comme un cri de ralliement. Album au format classique franco-belge de 48 pages, cartonné et couleur.

Allan Mac Bride tome 4

Allan Mac Bride tome 4, La Cité des Dragons. Scénariste : Jean-Yves Brouard. Dessinateur : Patrick Dumas. L'archéologue Allan Mac Bride parcourt le monde à la découverte des traces de civilisations anciennes. Or, la recherche de la vérité s'apparente parfois à une formidable enquête policière semée d'embûches. Une série qui allie des dessins très "ligne claire" à un scénario dense et fertile en rebondissements... Album au format classique franco-belge de 48 pages, cartonné et couleur.

   

L'Apocalypse

Notoposs

Notoposs est le premier livre de Samuel Starck, né en 1988 et diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nancy. Notoposs ou “no topos” : l’absence de lieu. Voici une histoire qui s’invente de rien, sans autre espace que le blanc du papier et sans aucune préméditation. Ici, tout est improvisé, ni scénario, ni crayonné, ni cases ; Samuel Starck laisse l’histoire se fabriquer sous ses yeux, les personnages se métamorphoser, les narrations se superposer, tout court-circuits ouverts dans la double page. Notoposs est une expérience de bande dessinée live, qui entraîne son lecteur en spirale, dans une course sans fin où les préoccupations politiques et ésotériques ne freinent en rien l’auto-déroulement ludique des choses. C’est le langage de la bande dessinée qui est laissé à son libre cours, dénué de toutes scories : dans Notoposs, le dessin est signalétique et les phylactères objets, le signe y est roi et a tous les droits. De là à dire que Samuel Starck réinvente la bande dessinée, il n’y a qu’un pas à franchir, que n’hésite évidemment pas à franchir l’Apocalypse.

LETTRE Lettre à la mère. Mazen Kerbaj est l’un des artistes les plus actifs de la scène alternative libanaise apparue au début des années 90, après la guerre civile. Abordant aussi bien la musique improvisée que la peinture ou la bande dessinée, il a publié de nombreux livres, en Arabe, en Anglais ou en Français, dont Beyrouth, juillet-août 2006 (L’Association), le blog d’une autre guerre. Le nouveau livre de Mazen Kerbaj est d’un tout autre registre. Somme de récits courts, tous différents par leurs sujets et leurs traités, au trait, en couleurs ou en monotypes, ces fragments abordent la poésie aussi bien par leur fond que par leur forme. Si les tréfonds sous-marins, la peur de la foule, le chagrin d’amour, la promenade sont présents, questionnant chacun à leur manière le langage de la bande dessinée, l’auteur propose aussi une ode à Beyrouth, sa ville natale, épingle les prédateurs du pétrole, ou préfigure en temps réel les désillusions du Printemps Arabe. Poésie rime donc ici avec Politique. Où l’on voit que Mazen Kerbaj n’est pas qu’un auteur libanais en guerre, mais un auteur tout court, et un auteur majeur.
Dark Country
 

Dark Country est la nouvelle bande dessinée de Thomas Ott, adaptation du film du même nom du réalisateur et acteur américain Thomas Jane, et basée sur une histoire de Tab Murphy. Thomas Ott a eu toute liberté pour réaliser à sa manière la partie graphic novel du livre américain sur le film, histoire tellement dans le style et les obsessions du maître de la carte à gratter suisse, que le statut particulier de ce récit n’en fait pas vraiment une exception au sein de son œuvre. Dans la droite ligne de Cinema Panopticum ou de 73304-23-4153-6-96-8, ce road movie haletant et cauchemardesque ne décevra pas les amateurs du dessinateur le plus noir de sa génération, et on pourra apprécier à quel point sa technique graphique et sa maîtrise de la lumière se sont encore affinées avec ce Dark Country.

Le livre de Leviathan

Le Livre de Léviathan sera probablement l’une des vraies découvertes de cette année. Américain installé à Londres, Peter Blegvad est plasticien, musicien reconnu depuis les années 70 (avec Slapp Happy, Henry Cow, jouant avec Robert Wyatt, Fred Frith, Chris Cutler, etc), et actuel président de l’Institut Londonien de ‘Pataphysique. C’est en autodidacte qu’il a abordé la bande dessinée dans les années 90 avec ce Léviathan qui fut d’abord un strip dans The Independent, où chaque semaine, Blegvad innovait à la manière des premiers maîtres du XXe Siècle : on pense à McCay ou à Herriman plus qu’à un livre paru en Angleterre en 2000 et maintenant traduit en Français par Claro. Léviathan, bébé sans visage à l’imaginaire et aux raisonnements philosophiques insoupçonnables par les adultes (mais pas par le chat), est un prétexte à des variations thématiques et graphiques d’une audace rare, d’un humour insolite et d’une poésie confondante. Il s’agit là d’un classique.

   

L'Harmattan

Le Turban et la Capote
 

Adaptation d'une pièce de théâtre à succès de l'écrivain mahorais Nassur Attouman par Nassur Attoumani et Luke Razakai, Le turban et la capote aborde, avec une fantaisie débridée et pas mal d'aplomb, des thèmes peu évoqués dans une société musulmane : la place de la femme, la polygamie, le voile, la contraception. Cet album à l'humour tropical vous fait voyager vers une île rarement décrite dans le neuvième art : Mayotte. (Nouvelle édition, modernisée et en couleur).

 

Séductions

Une BD en deux volets : un récit long d'un côté, les péripéties amoureuses d'Anaïs pour séduire de façon sérieuse et efficace son futur mari chirurgien en évitant tous les pièges de l'amour urbain contemporain (Séductions), et de l'autre côté des histoires courtes et percutantes autour des pratiques magiques, mystérieuses et inquiétantes, dans une Afrique paradoxale prise entre modernité et traditions (Mille mystères d'Afrique). Album double de Koffi Roger N'Guessan, à couvertures tête-bêche (illustrations noir et blanc).

 


Le Lézard Noir

DDT

DDT rassemble des histoires courtes de Suehiro Maruo datant du début des années 1980, sans doute la période la plus créative de l’auteur. Ces nouvelles dessinées permettent à Maruo de laisser libre cours à son imagination : drôles et absurdes, toujours peuplées de références – notamment au surréalisme et à l’expressionnisme allemand –, elles traitent de viol, de meurtre et d’inceste. Et malgré l’horreur et la morbidité, il s’en dégage un certain romantisme, chaque planche pouvant se contempler comme une oeuvre d’art à part entière. Entre voyeurisme et curiosité pour le sort funeste des personnages, on pénètre comme pris au piège dans l’univers fascinant de Maruo. Un ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains.
Traduction Miyako Slocombe

 

La demeure de la chair
 

La Demeure de la chair. Les 14 histoires courtes faisant partie de ce recueil se distinguent par leur aspect nettement eroguro (érotique-grotesque). Hanawa excelle dans ce genre, et laisse parler un imaginaire fécond pour mettre en scène des histoires toutes plus cruelles les unes que les autres. Les histoires de Hanawa sont violentes, sadiques et scatologiques, mais on est fasciné par le contraste surprenant avec la finesse du trait, le sens de la composition et l’humour décalé de cet auteur d’une formidable créativité.
Traduction Miyako Slocombe

 


Gekiga fanatics

Gekiga Fanatics. Ôsaka, fin des années 1950. De jeunes mangakas vont participer à la création d’un genre nouveau qui révolutionnera la bande dessinée japonaise : le gekiga. En partie autobiographique, Gekiga Fanatics se concentre sur trois mangakas encore inconnus à l’époque : Yoshihiro Tatsumi – L’Enfer, Une vie dans les marges (Cornélius), Takao Saitô – Golgo 13 (Glénat), ainsi que l’auteur lui-même, Masahiko Matsumoto – La Fille du bureau de tabac (Cambourakis). Extrêmement documenté, le livre décrit avec justesse et précision les doutes et les difficultés qu’affrontent de jeunes auteurs exigeants et passionnés, qui
refuseront toujours de renoncer à leurs rêves.
Traduction Miyako Slocombe

Les Requins marteaux

The Joke Mark Edward Smith est né le 05 mars 1957 à Prestwich, à cinq miles au nord de Manchester. Chanteur charismatique à la voix de canard de The Fall - petit groupe emblématique de Krautpunk issu des années 70 comptabilisant une discographie d'une quarantaine d'albums -, Mark E. Smith est un personnage surprenant défiant toute logique et ne semblant être capable de s'exprimer que par : « T'es viré » ou encore par le mystérieux « The Joke ». Avec cette verve tant graphique que subjective qui ne cesse de réjouir les lecteurs du Canard Enchaîné et de Charlie Hebdo, Luz dresse dans The Joke le portrait attachant d'un homme aux prises avec ses contradictions, ses excès et ses dérives. Cette nouvelle version a été augmenté d'une quinzaine de pages inédites et elle a été dotée d'une toute nouvelle couverture dessinée par Cizo.
Originaire de l'Indre-et Loire, né en 1972, Luz est l'un de ces trublions curieux et passionnés que le dessin et la musique excitent au point d'en faire un reporter-chroniqueur-dessinateur musical.En 1992, il rate magistralement son Deug de Droit et file à Paris pour entrer à la Grosse Bertha puis à Charlie Hebdo, où il officie toujours...Outre ses travaux pour la presse et notamment une chronique décapante sur la télévision parue dans les Inrockuptibles, Luz publie dès 1996 plusieurs ouvrages dont Égéries légères (avec Frédéric H. Fajardie) puis s'adonne au délicat exercice de l'illustration jeunesse avec La grande réserve (Ed. Acte Sud Junior - 1998).En 2002, il commence à rendre compte en bande dessinée de sa découverte du milieu musical ainsi que de ses élucubrations nocturnes dans un fanzine auto-édité et distribué sous le manteau, la nuit, à deux cents exemplaires : Claudiquant sur le dancefloor. L'Association édite en 2002, sous le titre Cambouis, un recueil de dessins inspirés par le cataclysme de l'élection présidentielle d'alors et son tragique second tour... Cet ouvrage, préfacé par Siné et préalablement diffusé par l'auteur lui même sous la forme de fanzines photocopiés, lui vaudra l'obtention du Prix Tournesol décerné par Pakito Bolino en marge du Festival International de la BD d'Angoulême en 2003. C'est également en 2003 qu'il publie The Joke chez les Requins Marteaux, version non-officielle et loufoque de la biographie de Mark E. Smith, le très caractériel leader du groupe de punk, new-wave, etc... The Fall, auquel il voue une véritable fascination.Son trait singulier, incisif et toujours drôle fait de lui un des dessinateurs incontournables du moment.
Marv et Jonny

Si tu lis ces lignes, c’est que tu es un lecteur de bande dessinée. Tu es donc timide, vierge et victime d’acné juvénile. Mais si tu t’intéresses aux publications des Requins Marteaux, c’est que finalement tu as envie de devenir la personne la plus cool de ton AMAP ! Pour t’y aider, la méthode Marv et Jonny a été mise au point par le Docteur Olivier Texier.
1/ Bois : ça ne te rendra pas plus cool, mais ça te donnera l’impression d’être plus cool. Et la confiance en soi, c’est primordial pour aborder des inconnues.
2/ Fume : traîner avec d’autres fumeurs rend ta capacité de sociabilité quasi illimitée. La plupart des non-fumeurs, ces gros relous, détestent l’odeur de la fumée et ne veulent pas être à tes côtés . Ne les juge pas, sois en fier, ça t’évite de traîner avec des gros relous et te rend encore plus cool.
3/ N’achète pas de drogues. Les gens vraiment cool savent comment s’en faire offrir.
4/ Bats-toi régulièrement. Quand on est cool, gagner une baston est toujours utile. Quand tu as raison, tu le sais. Reste à le faire comprendre à grands coups de savates dans les côtes. Ne perds pas ton temps à tenter de convaincre les réfractaires, tu as toujours mieux à faire (cf. 1, 2).
Tu l’auras compris, futur acquéreur de Marv et Jonny, tu es à une étape charnière de ta vie. Tu es sur le point de lire les aventures déviantes de Jonny le bagareur et Marv son poulet. Elles contiennent le parfait dosage de bastons, d’inepties, d’aventures et de drogues dures pour te propulser dans des sphères longtemps convoitées et aujourd’hui enfin accessibles.
Olivier Texier vit à Nantes, où il est né en 1972. Lorsqu’il ne surveille pas les rues de sa ville dans son costume du justicier Girafe, et qu’il ne se livre pas à des combats de Catch de Dessin organisés par la Fédération nantaise officielle, il est graphiste dans une mairie. Le reste de son temps libre, il le consacre à la création de dessins absurdes et de bandes dessinées peuplées de personnages bizarres et crétins. Autodidacte et prolifique, cet auteur manie un humour incisif et tordu qui est tout sauf conventionnel! En 2013, il est très occupé, en plus de la sortie de Marv et Jonny, vous pourrez le retourver avec Histoires sans gag au Vide cocagne, avec Grotesk: retour à l’anormal aux éditions Même pas mal ou encore Cons-sidérations aux éditions Plus.

In god we trust

Après s’être attaché à déconstruire Pinocchio, Winshluss s’attaque au livre de contes et de légendes le plus lu au monde : la Bible. Un narrateur extérieur, Saint Franky, guide le lecteur, en portant une vision particulièrement acerbe, à travers les différents épisodes marquants de l’Ancien et du Nouveau Testament. Tout comme Pinocchio investissait les multiples parties de l’âme humaine, In God We Trust s’attelle à envelopper la Bible de plusieurs auras. Allant de la parodie du comic book (God vs Superman) à la tragédie adultérine, en passant par une étude sur la disparition des dinosaures, la densité du livre ne laissera au lecteur aucun répit. Ponctuées d’anecdotes inédites, les fabuleuses aventures de Dieu narrées par Winshluss nous en apprendront plus sur ce mystérieux personnage. Véritable voyage spirituel, In God We Trust, apparaît comme une grande épopée où le dessin, majestueux, oscille entre planches de bandes dessinées, gravures, fausses publicités et aquarelles. À la fois didactique et moqueur, Winshluss s’amuse beaucoup et retrouve l’humour dont il avait su doter Pat Boon, Happy end ou Monsieur Ferraille.
près s’être attaché à déconstruire Pinocchio, Winshluss s’attaque au livre de contes et de légendes le plus lu au monde : la Bible. Un narrateur extérieur, Saint Franky, guide le lecteur, en portant une vision particulièrement acerbe, à travers les différents épisodes marquants de l’Ancien et du Nouveau Testament. Tout comme Pinocchio investissait les multiples parties de l’âme humaine, In God We Trust s’attelle à envelopper la Bible de plusieurs auras. Allant de la parodie du comic book (God vs Superman) à la tragédie adultérine, en passant par une étude sur la disparition des dinosaures, la densité du livre ne laissera au lecteur aucun répit. Ponctuées d’anecdotes inédites, les fabuleuses aventures de Dieu narrées par Winshluss nous en apprendront plus sur ce mystérieux personnage. Véritable voyage spirituel, In God We Trust, apparaît comme une grande épopée où le dessin, majestueux, oscille entre planches de bandes dessinées, gravures, fausses publicités et aquarelles. À la fois didactique et moqueur, Winshluss s’amuse beaucoup et retrouve l’humour dont il avait su doter Pat Boon, Happy end ou Monsieur Ferraille.

Planplan Culcul

Si vous avez le slip moite et le gourdin taquin, c'est que vous tenez entre vos pattes Plan-plan culcul, le dernier livre d'Anouk Ricard. Les (a)mateurs de son univers zoophile ne sont pas prêts de débander : des personnages trop mignons dans des situations de plus en plus hot saupoudrées de dialogues niais à double pénétration ! Anouk Ricard promène tout ce petit monde le cul à l'air dans une mise en scène des plus cock-ass . L'intrigue est celle d'un boulard traditionnel : deux beaux réparateurs de télévision sont aux prises avec une cliente chaude comme une baraque à frites. Sauf que contrairement au film porno classique, les protagonistes mâles sont aussi longs à la comprenette qu'à la braguette. Pourtant cette pauvre Madame Chatte ne tarit pas d'allusions… Mais des surprises vous attendent venues de l’espace… L'arrivée d'Anouk Ricard dans la collection BDCUL est un événement majeur ! Avec ce DBCUL, les dépressifs reprendrons du poil de la bite. Et si les vraies bêtes de sexe sont nos animaux de compagnie, quand elles grattent à la porte, faisons les grimper au lit !
Anouk Ricard naît dans le sur de la France en 1970. Après 2 années passées aux Beaux-Arts d'Aix-en-Provence, elle intègre l'école des Arts décoratifs de Strasbourg. Elle y obtient un diplôme d'illustration en 1995 puis s'installe à Marseille. Elle travaille alors pour la presse jeunesse et publie ses premiers albums aux éditions du Rouergue. De retour à Strasbourg, en 2004, elle se lance dans la bande dessinée avec Anna et Froga, une série jeunesse d'abord publiée par le magazine Capsule Cosmique et qui sera nominée trois fois au festival d'Angoulême. Elle crée aussi Commissaire Toumi, destiné à un public adulte, pour la revue Ferraille illustré. En 2010 elle publie chez Gallimard Patti et les fourmis, et en 2011 Coucous Bouzon tous deux également sélectionnés par le festival d’Angoulême. Parallèlement, elle réalise des peintures pour des expos, chante et joue de la musique. Avec des personnages essentiellement animaliers, et un constant décalage entre le dessin et les dialogues, elle a crée un univers singulier où la drôlerie est omniprésente.

Scutella

Jour de Poisson Jour de Poisson. Elle est là, il est là, tout partait pour être une très belle idylle. Oui mais voilà, c’est une histoire d’amour à l’unilatéral. Certains disent que l’amour rend aveugle, c’est peut-être ce qui le sauvera. Il n’a pas le choix, il doit fuir.
Amandine Ciosi est née en 1981 le jour de la Saint Françoise : elle aime le fromage, les cigarettes et surtout le café. Si elle était un animal, on pourrait l’assimiler à une sorte de rongeur ; de ceux qui hibernent avec joie, et se nourrissent exclusivement de café, fromage et cigarettes. C’est donc un genre de taupe savoyarde exilée à Angoulême, ville des trois festivals, où elle a passé cinq ans à livrer des œuvres courageuses à l’EESI. Comme les différents jurys étaient sympas, elle est quand même sortie diplômée. En gros quand elle ne dort pas, elle travaille sur des livres, pour la presse, bois du café et fume trop, par contre.
La Trainée jaune

Lisandru Ristorcelli sévit de nouveau dans l’univers des Comics avec le deuxième opus de La Traînée Jaune !
Zombies, super méchants et super gentils, dinos et autres créatures inédites affluent dans ce deuxième volet de la trilogie, avec notre Fil toujours aussi rapide et habitué des situations ubuesques, toujours amoureux de notre Fion-Fion nationale, et qui va avoir fort à faire cette fois-ci, à travers 132 pages (mais oui !) d’aventures débridées ici et ailleurs, heureusement assisté de nouveaux héros plus ou moins efficaces mais ô combien attachants et de bonne volonté, et d’une Fiona encore plus sexy...
Bref, si vous avez plus que souri au tome 1, vous ne manquerez pas d’éclater de rire ici, et encore, je suis gentille : gare aux douleurs zygomatiques et abdominales, mais cure de remise en forme garantie !
Né en 1972, Lisandru Ristorcelli obtient une maîtrise en arts appliqués puis un Master BD à l’École des Beaux-Arts d’Angoulême. Depuis, il participe à divers projets de film, clip vidéo, série web et jeux vidéo en tant que story-boar­der et publie en collectifs. Fin connaisseur de la culture BD nord américaine, il détourne les références avec humour et ironie pour les cuisiner à la française.

Célestin et l'enfant étoile

Célestin et l'enfant étoile. Célestin est un enfant rêveur, qui décide de fabriquer un grand avion en papier pour s’envoler dessus afin d’aller rencontrer les étoiles. Ses camarades se moquent de lui car ils disent qu’il est impossible d’aller rencontrer les étoiles. Mais Célestin ne les écoute pas, confectionne son avion, et prend le chemin de la montagne, afin de pouvoir décoller depuis un sommet.
Né en 1985, Romain Niveleau passe un bac scientifique en 2004, option arts plastiques. Ses années lycée sont l’occasion de rejoindre un petit groupe de cinéma amateur. Il intègre ensuite l’école Pivaut, à Nantes, dans la filière dessin narratif, mais décide de ne pas s’engager dans le cycle, afin de réaliser une formation de concepteur réalisateur 3D au centre Multi’graph’. Suivent quelques années de réflexion et de recherches personnelles, durant lesquelles il a l’occasion de réaliser différents travaux (montage de deux courts-métrages pour le festival Cinéma d’Afrique, réalisation de quelques logos, cartes de visite, faire-part, etc.), et de se mettre à la photographie. En 2009, il se lance en tant qu’auto-entrepreneur pour faire de l’édition de posters à partir de ses photographies, ainsi que pour proposer des prestations photographiques (books de comédiens, photographies de théâtre, photographies de mariage, etc.). En avril 2012, il ressort officiellement ses crayons, et ouvre un blog de dessins pour présenter ses différents travaux.

 

Tartamudo

La Guerre des Gaules

Vercingétorix, second tome de la série La Guerre des Gaules, se déroule durant la conquête de la Gaule dite « celtique » par les légions de Jules César (de -58 à -50 avant J.C.). Nous nous sommes basés sur l’ ouvrage qu’ il a rédigé tandis qu’ il menait cette guerre et qu’il a ensuite publié à Rome, pour sa propre gloire et sa propagande, dès la fin de son proconsulat en Gaule : La Guerre des Gaules. L’arrière-plan de notre histoire se réfère essentiellement à ce livre, même si nous avons tenu compte des dernières recherches sur cette question afin d’avoir un rendu plus proche de la réalité. Cependant, le récit que nous déve- loppons s’attarde avant tout sur le parcours de six « personnalités » traversant cette époque troublée. Jules César et Vercingétorix, une espionne éduenne au service des Romains et un druide fanatique qui prêche la guerre à outrance contre l’envahisseur, un chef arverne combat- tant sous les ordres de Vercingétorix et un général romain proche du parti sénatorial, lequel obéit à César mais ne partage pas ses desseins. En outre, nous montrons la relation par- ticulière entre César et Vercingétorix : ils sont amis et alliés puis la situation dégénère entre les deux hommes, les transformant en rivaux acharnés pour qui le pouvoir suprême est la chose la plus importante. La victoire ou la mort est la seule issue au duel qui les oppose. Ainsi, le cadre historique tel que César nous l’a transmis sert de base à des histoires personnelles qui s’entremêlent et participent au changement profond de l’empire romain et aux prémices de la fin de la République. Espionnage, subversion, alliance politique, stratégie et propagande au service d’une cause et d’un homme : Rome et César ! Fiction et réalité, mythe et légende se mêlent pour créer une bande dessinée qui permet de revivre une aventure exceptionnelle, menée par un homme qui a marqué l’histoire de l’humanité.

Phil et Sof

Phil et Sof est un album dit « anniversaire », constitué d’une sélection de strips toujours publiés, cela depuis une quinzaine d’années, dans l’hebdomadaire Le Journal des enfants, avec 45000 abonnés (faisant partie du quotidien L’Alsace, avec 80000 abonnés). La collaboration de l’auteur dessinateur Christian Maucler avec Le Journal des enfants, célèbre notamment dans l’Est de la France, a donné l’idée d’un partenariat en- tre La Société Alsacienne de Publications, qui est un grand groupe de presse qui possède les deux titres cités, et les éditions Tartamudo. Une souscription a été lancée dans ces deux journaux durant plus d’un mois et dès le début de septembre 2013. Il s’agit d’un ouvrage qui traite du monde de la préadolescence, à travers des gags pleins d’humour, qui délivrent par petites touches une musique légère. Ils amusent et incitent à de petites réflexions qui laissent une trace dans l’ esprit de leurs jeunes lecteurs. Ils jouent avec quelques facettes des arts narratifs, bandes dessinées, romans, séries policières, séries historiques, théâtres, chansons... Les deux personnages principaux, Phil et Sof, représentent une tranche d’âge très peu explorée dans le 9e Art, et de ce fait, ils sont novateurs pour tous les niveaux de la librairie.
Christian Maucler est un auteur dessinateur reconnu dans le monde de la BD pour son personnage du Commissaire Raffini avec Rodolphe, dans le livre Jeunesse, dans le roman illustré pour la Jeunesse et le livre scolaire, dans la presse Jeunesse. Ce touche-à-tout de talent couvre avec un bonheur égal plusieurs genres dans les différents secteurs de la bande dessinée et de la Jeunesse. Son travail a été récompensé par plusieurs prix.

Le Miroir des Templiers, Cadavre de Chèvre

Le Miroir des Templiers, tome 2. 1307, des chevaliers de l’ordre des Templiers chevauchent non loin de Carnac. Noudh est leur chef, Alocer, Balberith, Melkhom, Nibbaz sont les chevaliers de l’ordre qui l’accompagnent. Budd Win est l’écuyer de Noudh, ensemble ils regagnent l’une de leur commanderie. Soudain, un éclair traverse le ciel étoilé suivi d’une explosion dans les marécages proches qui attire leur attention. En s’approchant de l’impact, ils découvrent ce qui semble être les restes d’une météorite. Malgré les recommandations de Noudh, Budd Win décide d’aller voir la chose de plus près, c’est alors que surgit des brumes fumantes un être informe qui tétanise le groupe et se saisit de l’écuyer.
2099, Paris est envahi par les eaux à la suite d’un bouleversement climatique. La France est dirigée par une dictature templière qui sème la terreur et la mort. Ce sont les mêmes Templiers du début qui ont traversé le temps et qui forment l’Ordre secret des templiers intemporels (l’OSTI). Seul un groupuscule anarchiste mené par leur chef Stravin, s’oppose par les armes à ce pouvoir inique.
Vinz el Tabanas est un étonnant dessinateur de 29 ans, c’est une découverte de José Jover qui l’a formé pendant six ans à l’art de la bande dessinée. Il a écrit cette histoire avec Jef Martinez, lui permettant ainsi de dessiner et de publier son tout premier album intitulé « New Paris » qui est devenu dans ses débuts son œuvre majeure dans laquelle il s’est investi corps et âme. Vinz a publié trois histoires de 30 pages dans deux numéros de la revue French Crow. Il va travailler sur des comics de 80 pages et comme covert artist, pour les sociétés américaines Avatar comics et Images. Actuellement Vinz travaille comme concepteur, graphiste, maquettiste et développeur de jeux pour des start-up. Il est aussi designer indépendant et character design pour le Web et des jeux en lignes. Jef Martinez a animé de nombreux ateliers de bandes dessinées pour de grandes institutions qui ont été suivis de publications d’albums et de brochures. Actuellement il scénarise un long métrage pour le réalisateur Jean-Luc Adaine et exerce la profession d’éducateur dans le secteur social. En 2007, l’association France-Pologne lui a consacré une exposition dans la ville de Bydgoczsz Il publie avec ce titre, son quatrième album de bande dessinée. José Jover est entré sur concours à l’Ecole nationale supérieure des beaux arts en 1975. En 1981, dès la fin de ses études, il devient professionnel dans la BD publiant pour la presse jeunesse et adulte (Phosphore, Pif Gadget, Virgule, Charlie Mensuel, Zoulou, Circus, Actuel, Viper…). José Jover a publié des albums BD (Glénat, Futuropolis…), des livres Jeunesse (Hachette, Syros…), réalisé de nombreuses affiches, il a aussi été exposé en 1985 au Centre d’art moderne Georges Pompidou avec des tableaux dans la ligne dite de la « Figuration libre ».

 

Retrouvez toutes les informations du SoBD 2014 sur :
www.sobd2014.com

Le SoBD est un événement consacré à toutes les facettes de la bande dessinée : les maisons d'éditions contemporaines y sont représentées, mais on peut également y trouver des pièces anciennes, rares et précieuses. Le territoire Underground et les fanzines sont également présents sur le SoBD, qui propose également une exposition inégalée d'ouvrages sur le 9e Art. L'événement présente également des écoles et des organismes dispensant des formations sur la bande dessinée.

Le SoBD propose également un riche programme de conférences, des ateliers et un musée éphémère, occasion de présenter l'œuvre de deux artistes.